Klout, comment sommes-nous devenus esclaves d'une note?

publié le 25/10/2012 à 17:31
lu 13626 fois
Par Frédéric Gevrey

Klout.com , le site qui vous donne votre note sur les réseaux sociaux. Vous en avez déjà surement entendu parler suite à l'affaire d'emploi d'un stagiaire chez Quechua ( Décathlon ) qui exigeait d'avoir une note de 35 sur Klout. A l'époque cette offre avait fait scandale.

Klout vous attribue un score entre 0 et 100, 100 étant la meilleure note. Cette note intègre un nombre étendu de paramètres de calcul et de "signaux", tenant compte de votre profil ou page Facebook, Twitter et Google + et autres réseaux sociaux. Il comptabilise les signaux tels que les "J'AIME", les Retweets, les pins... Plus vous avez d'interactions plus votre note s'élève.

Or, à ce jour le métier de community manager se transforme avec l'arrivée de tels indicateurs. En effet, plus de trève sur vos tweets, trouver des titres et phrases chocs pour avoir du retweet, trouver des images à poster sur Facebook en incitant à cliquer J'AIME, taguer tous les lieux où l'on va sur Foursquare, prendre en photo tout et n'importe quoi pour l'Instagramer, poster à outrance des vidéos sur Youtube, créer un blog sur Wordpress.. bref vous l'aurez compris, devenir esclave au quotidien de sa note et des réseaux sociaux.

On se rend compte dès lors que la qualité des posts, que la qualité des vidéos et du contenu en souffre. En effet on poste des publications juste pour mendier des interactions et non communiquer. Klout a transformé depuis trois ans le métier de community manager.

Voilà pourquoi, nous sommes devenus esclaves de notre note !

Et quand bien-même l'on fait parti des anti-Klout, on se sent obligé de lire cette note car elle devient au fur et à mesure un indicateur qui fait ses preuves.

 

Voir les 100 meilleures notes Françaises

Mots clés :

Commenter via Facebook

Commentaires

Aucun commentaire à afficher

Poster un commentaire

Nom :
Commentaire :